Les Fleurs de Bach : répondre aux (mauvaises) critiques scientifiques

Les Fleurs de Bach n’ont jamais reçu de confirmation scientifique. Mais absence de preuve n’est pas preuve de l’absence. C’est pourquoi tester par soi-même, surtout vu le prix, est encore la meilleure solution. Et si c’est une thérapie purement placebo, quel est le problème ? L’essentiel n’est-il pas d’aller mieux ?

Quand un médecin prescrit un médicament, pensez-vous qu’il ait examiné toute la littérature sur ce médicament ? Evidemment que non. Or, il arrive que des années après, un médicament soit retiré du marché car jugé inefficace. Que diable les médecins ne l’ont-ils pas vu avant ! Comme quoi, eux aussi prescrivent et jugent leurs médicaments en fonction des retours de leurs patients, sans se demander si la guérison est due à l’effet placebo ou non.

Une site dédié à l’examen critique des pseudo-sciences a examiné les études concernant les fleurs de Bach, et a noté que deux études seulement avaient tous les critères scientifiques requis pour faire autorité. Ce qu’il y a d’intéressant avec les tests, c’est l’interprétation qui en est faite.

Voici les deux expériences, telles que décrites par ce site (j’ai un peu modifié pour rendre le tout plus lisible, sans rien changer au fond) et censées prouver l’effet placebo des Fleurs de Bach :

1) L’approche des examens

L’expérience fut réalisée en 1998 en Grande-Bretagne, en vue de tester l’efficacité du mélange Rescue sur l’anxiété d’étudiants à l’approche d’examen. Cent participants, choisis aléatoirement et en double aveugle, prirent une à quatre doses soit de Rescue, soit de placebo durant sept jours consécutifs. Aucune différence significative entre les deux groupes ne put être relevée. Armstrong et Ernst conclurent que « Cette étude ne fournit aucune preuve de l’efficacité du [Rescue] sous les conditions expérimentales données ».

Soulignons des défenseurs des Fleurs de Bach objectèrent que l’étude était basée sur une prémisse fausse : jamais Bach n’aurait administré le Rescue pour le stress dû aux examens.

La réponse de Ernst fut : « Le fait est que [le Rescue] est prescrit et utilisé à cet effet  ».

Cette étude prouve deux choses :

  • Rescue ne fait pas baisser l’anxiété à l’approche des examens, et l’utiliser comme tel est une erreur. Rescue est un remède d’urgence – donc à l’approche des examens n’est pas vraiment une situation d’urgence – et ne traite pas l’anxiété mais les situations de choc.
  • Ce que montre l’étude, c’est surtout que le marketing autour du Rescue n’a aucun sens, et que le vendre pour la préparation des examens est une mécompréhension totale de la part des vendeurs ou de certaines marques.

 

2) Contre l’anxiété

L’expérience fut menée à Freiburg, en Allemagne. Chez les 55 sujets traités, d’une moyenne d’âge de vingt-huit ans, fut administré en double-aveugle et de façon randomisée soit un placebo, soit une combinaison de dix remèdes floraux à raison de quatre gouttes par jour, soit l’un puis l’autre, ce durant deux semaines ponctuées de deux bilans. Après analyse, les résultats montrent une baisse significative du taux d’anxiété dans tous les groupes. La conclusion de cette étude, remplissant tous les critères de scientificité requis, fut : « Les Fleurs de Bach sont un réel placebo pour les tests d’anxiété et n’ont pas d’effet spécifique. »

Cette étude est peu rigoureuse , malgré les critères de scientificité prétendument requis, pour quatre raisons :

  • N’importe quelle personne ayant ouvert un livre sur les Fleurs de Bach sait qu’on ne fait jamais un mélange de dix remèdes ! Selon les ouvrages, le nombre maximal va jusqu’à sept, mais on conseille souvent moins. Dans ce cas-là, pourquoi ne pas donner toutes les plantes en même temps ?
  • De plus, les mélanges sont forcément personnalisés : on peut être anxieux avec des problématiques différentes : pour un tel c’est son impatience qui le rend anxieux, pour un autre son souci excessif pour ses proches, pour tel autre encore son perfectionnisme…
  • Qui plus est, la prise s’est faite durant deux semaines seulement alors qu’un traitement pour un traitement de fond nécessite plus de temps.
  • Enfin, un traitement de Bach peut dans un premier temps exacerber les symptômes. Donc on peut avoir un groupe avec des personnes qui ont une amélioration de résultats et d’autres une dégradation de leur situation : en moyenne, on aura l’impression que rien a changé alors que le processus curatif est bien en cours.

 

Vous voilà maintenant décomplexés par rapport à certaines études scientifiques : si on vous rabat les oreilles par votre naïveté quant aux Fleurs de Bach, vous saurez quoi répondre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s