Prévention, traitement d’attaque ou convalescence ?

LES TROIS MOMENTS DE LA MALADIE

On peut agir à trois moments sur la maladie, physique ou mentale : avant, pendant et après.

Avant qu’elle ne se déclare, on fait de la prévention. Cela peut passer par une hygiène de vie saine – travail sur le stress au quotidien, alimentation de qualité… –, par des soins réguliers – acupuncture, ostéopathie… – ou encore par des remèdes, qu’ils soient naturels ou chimiques – thym l’hiver, vigne rouge l’été… C’est une démarche de plus en plus à la mode.

Une fois la maladie déclarée, on passe au traitement d’attaque, chacun selon sa méthode.

Une fois la maladie terminée, on peut aider le corps à se remettre sur pied en le tonifiant ou en le détoxifiant par exemple. Personne quasiment ne le fait pour les maladies courantes, et il n’y a guère que pour les maladies lourdes que cela se fait. Et encore, on peut se demander si la convalescence est conseillée eu égard à la maladie elle-même ou plutôt aux traitements très agressifs utilisés.

Dans le cas d’une réflexion sur la guérison, on peut se demander s’il y a une phase à privilégier. Chacun réagit différemment, et j’encourage chacun à explorer les différentes voies pour trouver celle qui lui correspond le mieux.

Je propose donc des réflexions sur mon expériences concernant ces trois phases.

LE TRAITEMENT D’ATTAQUE

Le plus souvent, il consiste à combattre directement ce qu’on analyse comme la cause de la maladie. Pourtant, la notion de cause n’est pas évidente : telle maladie, tel virus. Mais pourquoi telle personne est-elle affectée par ce virus et pas telle  autre personne ? On convient dans les milieux plus alternatifs de parler du terrain, c’est-à-dire, pour le dire un peu vite, les prédispositions du corps à réagir face à telles agressions et pas à telles autres. En rééquilibrant un système, on va agir sur d’autres systèmes. Une question demeure néanmoins : pourquoi le corps a ce terrain là et pourquoi ne peut-il pas améliorer son terrain ?

Les médecines dites douces sont pour beaucoup dans cette logique elle aussi : telle huile essentielle a de fortes propriétés anti-virales. C’est donc bien le virus qu’on essaie de tuer. La démarche est toujours allopathique : on cherche à contrer la cause supposée. Sans doute néanmoins, les effets secondaires sont-ils moins importants, et c’est un progrès par rapport aux médicaments chimiques. Mais le corps sort-il grandi de cette démarche ?

Personnellement, je préfère, si le besoin se fait sentir, prendre un traitement soit en dose très faible et plusieurs fois, soit en une grosse dose mais une ou deux fois seulement, avec quelques jours d’écart.

LA PRÉVENTION

La prévention consistant à adopter un mode de vie respectueux du corps est idéal, et je ne saurais trop recommander cette démarche, à la fois au quotidien et ponctuellement en faisant des séances de thérapie manuelles par exemple quand il n’y en a pas besoin justement.

Je suis néanmoins plus sceptique concernant la prévention par absorption de remèdes, naturels ou non d’ailleurs. De plus en plus de personnes prennent des plantes tout au long de l’hiver par exemple.

Personnellement, à chaque fois que je l’ai fait, je suis tombé malade dans la semaine. J’ai deux hypothèses pour l’expliquer :

– le fait de se mettre à prendre une substance casse momentanément un certain équilibre dans le corps, et ce déséquilibre favorise la maladie. On connaît ces personnes qui bossent sans jamais s’arrêter et ne sont jamais malades. Pourtant, le jour où elles prennent des vacances, les voilà malades comme jamais.

– le fait de prendre tous les jours un remède en vue d’une éventuelle maladie inscrit dans le subconscient et le corps la possibilité de cette maladie. Prendre tous les jours un remède, n’est-ce pas d’une certaine façon se dire tous les jours « Je ne veux pas attraper cette maladie, je ne veux pas attraper cette maladie… » ? De là naît une peur d’attraper la maladie qui la favorise effectivement.

Enfin, prévenir revient souvent à empêcher le corps de lutter, et donc l’affaiblit peu à peu.

LA CONVALESCENCE

C’est en fait ma phase préférée dans l’optique d’évoluer. Il s’agit une fois que la maladie est passée, ou une fois qu’elle est dans sa phase descendante, de prendre un remède qui va lui permettre de se terminer « proprement » et qui donnera au corps la possibilité de sortir grandi de la maladie qu’il vient de traverser. Un peu comme dans la pratique du jeûne dont on dit que c’est la reprise alimentaire qui va permettre de bénéficier des résultats du jeûne, j’estime que c’est la convalescence qui va permettre de bénéficier des efforts que le corps a fourni dans la maladie, de « transformer l’essai ».

Voici une liste de remèdes qui ont ma préférence – il suffit d’en choisir un seul et de l’utiliser une semaine pour les maladies courantes (rhumes, gastro-entérites, bronchites, grippe, angines, etc.) car on ne cherche qu’à donner un coup de pouce :

– de la simple vitamine C pour booster l’organisme ;

– du miel à raison d’une cuillère à soupe le matin ;

– de l’hydrolat de cannelle ou de rose, pour stimuler l’appétit et renforcer les défenses en douceur, une cuillère à soupe dans un litre d’eau à boire tout au long de la journée ;

bourgeons de cassis, pour remettre les compteurs à zéro ;

gingembre en gélules ou aliment pour redonner de l’énergie à l’organisme et éteindre les derniers petits restes d’inflammation.

Une mention spéciale pour cette préparation anthroposophiques faite par les laboratoires Weleda et utile dans les suites de maladies avec fortes fièvres :

« ferrum sidereum D10 + pancréine D8, dilution », une goutte par année d’âge pour les enfants, 10 gouttes pour tout le monde à partir de 10 ans, 3 fois par jour, pendant trois semaines, dans un fond d’eau avant les repas.

À commander en phamarcie, et à se faire rembourser sur prescription médicale comportant la mention « Préparation Magistrale à but thérapeutique en l’absence de spécialités équivalentes disponibles ». Que demander de plus ?

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s